[Epikt a testé pour vous] vol.3 : Cycle Cinéma Japonais

Publié le par Epikt

Je l’avais annoncé sur mon blog (et oui, il faut lire mon blog pour être au courant des choses en avance), ce mois de juillet sera intégralement consacré au cinéma japonais. Une bonne idée de Wildgrounds qui a initié ce cycle commun à plusieurs blogs (voir la liste plus bas). Il n’est d’ailleurs pas trop tard pour nous rejoindre.

 

Mais de quoi vais-je vous parler ? Là est la question, épineuse s’il en est.
« Le cinéma japonais des origines à nos jours, par Epikt, docteur es cinéma oriental à l’Académie Française » est exclu, je suis mauvais en histoire et j’ai du voir deux Mizoguchi de ma vie. Le but du jeu étant de présenter le cinéma japonais sous n’importe laquelle de ses multiples facettes, mes instincts les plus pervers, amateurs de tentacules visqueux et de ninjas lesbiennes, ont fait le forcing pour un cycle consacré au live action La Blue Girl mais Dieu soit loué la décence l’a finalement emporté. Une spéciale « films avec des chanteuses de pop dedans » alors ? « Films qui ont l’air de manga mais qui en fait sont pas adaptés de manga » ? Une déclaration d’amour à Aoi Miyazaki ? Autant vous dire que ma cervelle fut exceptionnellement mise à contribution.
Et dans un élan de flemme conceptuelle je décidais finalement qu’il n’y aurait pas de thème et que j’allais simplement parler de films qu’ils sont bien, histoire de faire (re)découvrir des films que j’aime. Bravo, trop original. Avec peut-être des surprises, si vous êtes sages. Et si je ne fais pas ma loque.
Que des films bien, ça veut dire que des « Glop ! », contrairement à mon cycle cinéma coréen où le but du jeu était justement de chroniquer des films choisis au pif. N’allez pas en déduire que le cinéma japonais est meilleurs que le cinéma coréen (même si effectivement, le cinéma japonais est meilleur que le cinéma coréen).
Etrangement, même si ces films viennent d’horizons et époques différentes (je me surprends moi même : je vais parler de vieux films !) ils se ressemblent un peu. Je laisse à d’autres le soin du cinéma d’auteur contemplatif (même si j’en aime quelques uns)(et si, connaissant certains autres participants, ce genre risque fort d'être sous-représenté au profit de trucs avec des sabres et du sang), vous allez donc souper du cinéma extrêmement visuel, foisonnant, parfois expérimental, avec tout plein d’idées dans tous les sens.
Je vous dis pas lesquels à l’avance, ça serait pas drôle. Cela dit, rien de particulièrement osé et/ou exotique non plus.


Yuko Ogura est toute mouillée d’avoir sa photo sur le Glop ? ou Pas Glop ?,
même si on n’y parle pas (pas encore) de ses vidéos


Participent à ce cycle :
Asiaphilie
Cinemaniac
Dans l'enfer du genre
Dooliblog
Eiga go go !
HKcinéma
Laterna Magica
Loky
Nihon-Eiga
Once upon a Time
Schizodoxe
The funky Ronin
365 Jours ouvrables
Wildgrounds
et bien entendu votre serviteur et son inestimable Glop ? ou Pas Glop ?

Vous pouvez suivre le cours du cycle sur cette page, où seront recensées toutes les contributions.


Au sommaire du cycle :
- Baby cart : L'enfant massacre de Kenji Misumi
- Nice no mori de Katsuhito Ishii, Shunichiro Miki & Aniki
- Eros + Massacre de Kiju Yoshida
- Burst City de Sogo Ishii
- Su-Ki-Da, de Hiroshi Ishikawa
+ des bonus exclusifs :
- Mes films japonais préférés
- Chambardements #1 : Code d’Honneur et Décadence
- Chambardements #5 : Démons et Post-Modernisme
- Débordements #2 : des Fleurs et des Peaux
- Débordements #4 : Ninjas lesbiennes vs. Monstres visqueux
- Cinéma et Connaissance : atout ou piège pour le spectateur ? (prise de tête inside)
- Cinq jeunes actrices que grâce à elles le cinéma japonais il est plus beau

Commenter cet article

Maniak 02/07/2008 12:46

y'aura des pieuvres?

Epikt 02/07/2008 14:15


Pas pour l'instant.
Une surprise peut-être ^^