La question qui tue : mes films japonais préférés

Publié le par Epikt



Il est toujours délicat de faire des listes. Et en général j’évite. Sans compter qu’à chaque fois que je rédige ce genre de liste, je pense à la probabilité que le soir même je découvre le film qui va changer ma vision du monde et par la même occasion chambouler ce fragile classement.
Mais quand le patron parle faut écouter et obéir sinon où va le monde ma petite dame ?
Voici donc une liste (volontairement réduite même si les candidats se bousculent, mais il ne s’agit pas de noyer le lecteur sous une avalanche de titres) de films japonais, mes préférés probablement, du moins des films que si vous les avez pas vu je considère que vous êtes sérieusement passé à coté de quelque chose.




Insecte nuisible de Akihiko Shiota
Vous m’entendrez parfois affirmer que c’est le meilleur film du monde. Parce que ce film est beau et sensible, parce qu’il est dur et violent, parce qu’il donne envie de se tirer une balle dans la tête. Parce que Aoi Miyazaki. Parce qu’il donne envie de vivre malgré tout et parce parfois il vous arrive de tomber sur des films que vous juriez fait pour vous.


Et le reste...


All about Lily Chou-Chou de Shunji Iwai
Ceux qui auront reconnu l’image qui sert de pied de page à ce blog ne s’en étonneront pas. Un film magnifique, comme toute la filmographie de Iwai d’ailleurs, porté par une mise en scène magique et une bande originale de toute beauté.

L'Enfant Massacre de Kenji Misumi
Un film de sabre flamboyant, violent, sophistiqué, extrêmement esthétique, complètement dingue,... tout ça quoi.

Ghost in the Shell 2: Innocence de Mamoru Oshii
Tout Oshii c’est de la tuerie, alors pourquoi celui-là en particulier ? Mystère.

Ido de Kei Fujiwara
Le film que 90% des cinéastes devraient voir afin qu’ils se rendent compte combien ils gâchent l’argent de leur producteur avec leur absence de talent et qu’ils aient honte de faire du cinéma.

Izo de Takashi Miike
Quand un cinéaste pas bien dans sa tête s’attaque à une version post-moderne et nihiliste d’un mythe du chambara, ça donne un film indescriptible que je n’essayerais pas de décrire mais que j’aimerais bien avoir réalisé.

Noriko’s Dinner Table de Sono Sion
La construction de l’identité à travers Internet, par un Sono Sion apaisé qui laisse la provoc’ de coté pour un film plus posé et réfléchi, mais étrangement fascinant.

Ran de Akira Kurosawa
Shakespeare adapté par Kurosawa : une épopée grandiose, des plans de dingue, un sens du tragique rare... (et une décapitation qui repeint le mur, ce qui fait toujours plaisir à voir).


Ça fait huit. C’est peu, mais il parait que ça porte bonheur.



Edit [9 juillet, 11h45] : il y a deux-trois semaines je faisais un top-20 sur le forum de HKmania. Ces huit films s'y trouvaient bien évidemment, mais tout bien réfléchi je ne vois pas l'utilité à ne pas dévoiler les autres.
On y trouvait donc également : Love and Pop de Hideaki Anno, Hitokiri de Hideo Gocha, Su-Ki-Da de Hiroshi Ishikawa, La Femme des Sables de Hiroshi Teshigahara, Jin-Roh de Iroyuki Okyura, Nice no Mori de Katsuhito Ishii, Eros + Massacre de Kiju Yoshida, Tokyo Fist de Shinya Tsukamoto, Burst City de Sogo Ishii et Hana-Bi de Takeshi Kitano.
Sans oublier (mention « coup de coeur ») Linda Linda Linda de Nobuhiro Yamashita et (pour la déconne et parce que j'assume mon coté japoniais) Mini Moni: the movie de Shinji Higuchi.

Publié dans Le mic-mac d'Epikt

Commenter cet article

Boeb'is 29/03/2009 01:36

je viens de voir all about lilly chou chou, sur tes bons conseils, et whouuuuuu

Blue 29/08/2008 15:20

Ahh je pleure. Y sont introuvables T_T
Mais bon y parait que tu peux m'en passer ?
Ce serait chouette !

boeb'is 27/07/2008 02:02

Ce blog m'a l'air très très sympathique! Je suis assez fan de ciné jap mais pas tant que ça j'imagine vu que je n'ai vu aucun film de ton top 8. Je me rattrape sur ta liste complémentaire mais j'ai littéralement detésté eros + massacre, le comble de l'abscon et du vieilli à mon avis, mais par contre adoré la femme des sables. Et un top de ciné japonais sans Ozu ou Mizoguchi? bigre! Et sans Oshima non plus!

Enfin c'est cool, ça fait une bonne liste de films que je n'ai pas vu à voir.

Epikt 27/07/2008 02:23


Il manquerait plus qu'on soit obligé d'intégrer Ozu, Mizoguchi et Oshima à un top ! Se sentir obligé de citer les "grands auteurs" c'est justement ce qui rend l'initiative de faire un classement
complètement consensuelle, et donc inutile et vaine.
D'ailleurs d'un certain coté ça m'énerve de citer autant de vieux films, de même que de ne pas avoir assez mis en avant le cinéma récent au cours du cycle. Car justement, comme je le faisais remarquer il y a quelques jours sur Wildgrounds (autre blog très très sympatique) le cinéma japonais a malheureusement une image
de cinéma de grands auteurs morts, et il est peut-être temps que ça change.


Bidibulle 16/07/2008 13:16

Manque quand même:
- Rashomon de Kurosawa.
- Avalon de Oshii
- Quand l'embryon part braconner de Koji Wakamatsu
- La balade de Narayama de Imamura

Epikt 16/07/2008 17:06


Pour Kurozawa (dont je préfère les films 80s) et Oshii il y en a déjà, je ne vais pas faire de doublon - le but étant aussi de faire un top réalisateur.
Sinon le Wakamatsu je l'aime bien, mais pas au point de le mettre dans mon top (top 20, ça reste très serré) et j'avoue plein de honte ne pas avoir vu le Imamura.


Benoît 12/07/2008 00:16

Heyy ! Merci beaucoup pour tes précisions concernant The Taste of tea !!! Tu as très bien fait et n'hésite pas si tu débusques d'autres contre-vérités à me les signaler encore !

Preuve que je ne suis guère qu'un tout petit amateur de cinéma japonais, il y a une bonne moitié des films que tu cites dont je n'ai même jamais entendu parler. A moi maintenant de les trouver ;)

A bientôt
Benoît

Epikt 12/07/2008 01:32


Héhé... c'est peut-être tout simplement parce qu'il y en a une bonne moitié qui n'est pas sortie en France (c'est triste).