[Epikt a testé pour vous] vol.4 : Rétrospective Cinéma Coréen (filmothèque du quartier latin, 22 octobre-18 novembre 2008)

Publié le par Epikt

Le Glop ? ou pas Glop ? a déménagé !
Pensez à mettre à jour vos liens, favoris et flux RSS, et cliquez ici pour trouver (si tout se passe bien) ce que vous étiez venus chercher.

Commenter cet article

Michael 10/11/2008 13:36

Exactement, la visibilité des films coréens en France nous limite l'idée de cette production. Combien de personne j'ai pu entendre dire que le cinéma coréen c'était fantastique en citant les 3 films qu'on avait pu voir jusqu'alors en France - moi-même je l'ai pensé à un moment.

Donc je sais pas si PCW fait des bons films, mais je comprends pourquoi il se démarque au sein de ce cinéma (et tu as raison de préciser cinéma gén/cinéma coréen).

(j'ai déjà dû le dire ailleurs mais le cinéma coréen me semble être davantage une Industrie du divertissement - avec des films efficaces mais oubliables - que du film indé engagé tendance auteur ou autres)

Epikt 10/11/2008 23:32


Hum... le film d’auteur coréen ça existe (et quand tu t’es farci un film d’Hong Sang-Soo il ne te vient pas à l'idée de le classer dans la catégorie "film de divertissement efficace" !).

Quand à l’engagement (je pense que tu veux parler d’engagement politique), la nouvelle vague coréenne (attention ! à ne pas confondre avec ce qu’on peut appeler le "nouveau cinéma coréen", les
cinéastes comme Bong Joon-Ho ou Kim Ji-Woon) est au contraire extrêmement politisée. Cela pour des raisons presque mécaniques, puisque que tout d’abord il s’agit pour un certain nombre d’anciens
militants (Jang Sun-Woo ou Lee Chang-Dong par exemple)(tout deux ont d’ailleurs réalisé des films sur le soulèvement de Kwangju et de manière plus générale la répression sous le régime militaire)
et qu’ensuite cette nouvelle vague est la directe conséquence de la dérégularisation de l’industrie : pour la première fois un propos politique voir même subversif était autorisé et ils en ont
profité.

A ce sujet, je crois que je ne sais plus où tu a écris que les coréens n’avaient pas la culture du cinéma indépendant. C’était au moins le cas lors de cette nouvelle vague (qui contrairement à la
nouvelle vague japonaise a pas mal de similitude avec la nouvelle vague française) qui a vue fleurir un nombre impressionnant de films, plus ou moins indés, réalisés par de nouveaux réalisateurs
avec parfois pas des masses de moyens.
Ensuite, faut remettre les choses à leur place : la nouvelle vague coréenne est finie depuis quelques années déjà et la situation actuelle n’est en effet pas très favorable aux indés (cela dit,
j’espère beaucoup de la démocratisation des caméra DV, mais j’ai pas encore eu le temps de me défricher dans cette direction).


Boebis 09/11/2008 19:26

Il est certains que PCW a une démarche et une ambition d'auteur. Après, le résultat est je pense, très décevant, notamment au regard de son ambition.

Pour les films coréens, je ne suis pas un spécialiste, et il est certains qu'il y a beaucoup de films médiocres et commerciaux, comme partout, que ce soit des films gores ou des comédies à l'eau de rose. Je juge PCW par rapport aux films que je connais, donc au cinéma en général, et non par rapport au ciné coréen.

J'ai l'impression que les films de PCW vieillira très vite, comme Diva de Beinex, ou comme Matrix car tout est dans la forme et dans le frime et que le contenu ne suit pas.

Après, je suis loin de détester ses films, donc mes commentaires négatifs sont plus par rapport à la hype qui l'entoure et aussi par rapport à la déception que j'ai eu avec le recul par rapport à la claque que j'ai pris en découvrant Old boy.
C'est comme le fan de big heavy metal qui découvre en quittant l'adolescence, le côté boursouflé et convenu de ses groupes de jeunesse, et qui du coup est plus sévère avec eux que s'il ne les avais jamais aimé :-)

Epikt 10/11/2008 12:16


T'inquiète pas, Michael non plus n'est pas un spécialiste du cinéma coréen - son truc c'est le (vieux) japonais ^^

Le cinéma de qualité en Corée existe - un peu, car il est vrai que comme je le faisais remarquer dans cet article (qui est daté sur certains points, mais l'idée reste vraie) c'est clairement un cinéma qui manque d'entre-deux - mais :
- il n'est pas forcément visible, aussi bien à ceux qui se contentent des sorties françaises (alors là forcément, il n'a le droit qu'à des film d'auteurs en plan fixe et des films d'horreur, et
s'il est sage quelques blockbusters) qu'à celui qui s'y intéresse en import ou sur place (qui, faut pas croire, est encore plus etouffé par la production "boursoufflée" plus ou moins commerciale,
puisque c'est cela qui est mis en avant, par les producteurs, par les organismes d'état (KOFIC) et par les amateurs/journalistes).
- il y a, au point de vue journalistique, une imposture du cinéma coréen, en premier lieu cette idée de "cinéma enragé" (pour reprendre le titre d'un documentaire sur le sujet)


Michael 09/11/2008 19:04

Boebis> À la sortie de Lady Vengeance je lui trouvais rien de spécial. Pourquoi ses films marchent ? J'en savais rien. Alors j'ai voulu voir plus de films coréens, voir un peu l'état de cette production.

Maintenant je comprends pourquoi PCW se démarque en toute logique, pourquoi un film comme Lady Vengeance est toujours 1000 fois plus intéressant, mieux réalisé, mieux écrit que 90% du reste de cette production macabre qui n'a rien à envier à notre patrimoine national et ses titres à la "Comment j'ai compris pourquoi je devrais aimer mon prochain (mais je suis pas sûr) mais quand même".

La différence de niveau est violente. Il y en a un qui fait du Cinéma, certains qui oeuvrent dans le divertissement et le reste qui fait... pas grand chose à part vendre des mannequins à moitié plastifiée dans des histoires pourries. Qui est le plus racoleur, le plus cynique là-dedans ?

Boebis 09/11/2008 09:02

C'est amusant que tu parles d'un cinéma coréen surestimé, car pour moi c'est exactement le cas de Park Chan-Wook. Si j'avais été un tantinet séduit par Old Boy, quand j'ai vu sympathy for et lady vengeance, je me suis rendu compte qu'en fait c'était vraiment du cinéma choc, creux et poseur, avec des personnages qui tiennent sur une ligne, pas de subtilité, et au fond des films très racoleurs. Park Chan-Wook veut en mettre plein la vue, et il le fait, car sur le coup on est bluffé, mais c'est malheureusement juste du vent et tout se dégonfle rapidement. :-/

Epikt 09/11/2008 12:15


A peu de choses près on est d'accord sur le cas Park Chan-Wook.
Découvert avec Mr Vengeance, film pas mal mais un brin asthmatique (il doit surtout sa présence en illustration de l'article à son actrice ^^), continué avec Old Boy, film en toc,
réabilité par Lady Vengeance, qu'envers et contre tout je trouve magnifique, un peu creusé avec d'anciens films comme JSA qui ne pètent pas plus haut que leur cul et terminé avec
I'm a Cyborg qui me semble avoir loupé quelque chose.


Pierre 08/11/2008 12:35

Niveau fréquentation, j'ai l'impression que ça s'améliore un peu avec le temps : il devait y avoir 5 personnes aux premières séances des Shin Sang-Ok où j'ai été, alors que cette semaine les salles étaient quand même plus garnies, même pour les vieux films. D'ailleurs la rétrospective va être prolongée d'une semaine vu son succès (bon après il faut voir ce qu'ils vont reprogrammer).
Pas facile d'écrire sur le sujet, à force de voir des films le retard s'accumule et tout se mélange un peu dans mon esprit :D Impatient de lire tes écrits ;)