[Moué] Hooligans - Lexi Alexander

Publié le par Epikt


Matt est ricain et se fait viré de Harvard à quelques semaines de son diplôme de journalisme, tout ça parce que son cothurne est accro à la coke, est plein de thunes et est protégé par son riche papa. Le petit Matt prend donc un billet aller-simple pour l’Angleterre où habite sa soeur. Là, au pays du rosbif, de la sauce à la menthe et du pudding, il apprendra qu’on ne dit pas « soccer » mais « football ». Et que le foot c’est pas seulement vingt-deux abrutis qui courent après un ballon, mais aussi plein d’autres abrutis (certains sympas, d’autres beaucoup moins) qui boivent des bières et se mettent gentiment sur la gueule. Il apprendra donc à liquider une pinte cul sec et à filer des mandales, mais aussi que malgré tout ce sont des braves types qui laissent leur places aux jeunes femmes dans le métro et que finalement tout n’est qu’affaire d’honneur et de réputation.

Bon, j’ai pas vraiment fait exprès, mais parler d’un film de foot pile poil le jour de l’ouverture de cette [autocensuré] de coupe du monde ça ferait presque préparé à l’avance (en fait un rendez-vous annulé et un film choisi au pif parmi les séances qui commençaient dans la demi-heure). Et d’ailleurs dans Hooligans ça parle pas trop de foot. Tant mieux, j’aime pas le foot. J’aime la baston par contre. Tant mieux, ça bastonne. D’ailleurs ça fait que ça ; les personnages à peine esquissés ont bien du mal à exister et à intéresser. Idem de ce scénario qui finalement n’est rien d’autre qu’une classique histoire initiatique où le gentil niais devient un homme et gagne en confiance en cassant quelques nez et en se faisant un peu démonter au passage. Rien de bien subtil ma foi, certains pourront même y trouver une certaine apologie du hooliganisme en tant fraternité de valeurs et société de « vrais mecs » mais ce serait là s’emballer trop rapidement pour que dalle. Reste donc les scènes de bastons, manquant particulièrement de présence. Lexi Alexander serait fort inspirée de regarder à nouveau, et avec davantage d’attention, la scène d’ouverture de Gangs of New-York (qui de toute évidence l’a beaucoup influencée) histoire de vraiment comprendre ce que fait de se prendre une hache contre la gueule.

On se prend quand même à rêver de ce qu’aurait pu donner un tel sujet traité avec plus de talent et d’inspiration. Un film brutal, incarné, violement ancré dans l’Angleterre industrielle désolée, un peu à la manière des films contemporains de Ken Loach (mais pas ses bouses historico-politico-gauchistes, merci). Ou au contraire un film plus centré sur l’humain, sur le background psychologique des personnages (euh... voui, un peu comme les films contemporains de Ken Loach). En bref, un film qui approfondisse un peu le sujet et ne se contente pas de le survoler et de profiter d’un thème porteur. Un film moins gentiment moraliste aussi, mais n'en demandons pas trop non plus.
Reste que le film se regarde. C’est tout, mais c’est déjà ça.





*****************************

Titre : Hooligans
Titre original : Green street hooligans
Réalisatrice : Lexi Alexander
Avec : Elijah Wood, Charlie Hunnam, Claire Forlani,...
Pays : Grande Bretagne, USA
Année : 2004
Durée : 1h50
En salles actuellement
Déconseillé au moins de 16ans
 

Publié dans Moué

Commenter cet article

e-gore 15/06/2006 21:55

Je fais ma critique du film:Hooligans est dans la ligné de American History X...Un film à voir.

Epikt 15/06/2006 22:48

Haha ! j'avoue qu'inconsciemment l'affiche m'y a fait penser. Si j'avais su que ça parlait de foot (voui, je sais, je réfléchis pas des fois) je crois que j'aurais évité !Mais je crains que la comparaison s'arrète là.Hooligans est le portrait d'un jeune homme qui trouve un milieu certes en rupture avec ce qu'était jusqu'à présent sa vie, mais protecteur, vivant et où il trouve un mode de vie et un système de valeur (même si, comme la fin le montre, il l'adapte à sa sauce et refuse la violence).Alors qu'American history X est le récit d'une rédemption.Et pis on va pas dire, mais Edward Norton à infiniment plus de classe que Elijah Wood !

Karine 13/06/2006 11:48

Merci pour l'avis !! Sur allociné, la presse a descendu le film, alors que les spectateurs ont l'air d'avoir pas trop mal aimé... Je me demandais ce que ça valait justement...
Merci aussi d'être passé sur mon blog et de m'avoir donné ton avis...
Bonne continuationn.
KARINE

Epikt 13/06/2006 16:23

You're welcome !C'est vrai que sur allociné c'est assez rigolo : la presse vomit et les spectateurs adorent !Mais bon, faut dire que je lis jamais les critiques, ou presque, pour choisir les films que je vais voir. Ensuite seulement, pour voir ce que les gens en ont pensé. Parfois c'est comique ^^